O'zons

L’empire du libéralisme obscur



Oui, je sais chers lecteurs, nous sommes en retard. Nous approchons à grands pas de février et nous ne vous avons toujours pas souhaité la bonne année. Bon, c’est fait, pardon, passons à autre chose.

2009 s’annonce radieuse comme un hiver en Alaska, difficile de souhaiter de bonnes choses dans ce contexte de crise qui risque d’être pire que prévue. Le pays est en grève générale, (profitons-en ce sera peut-être bientôt illégal), la France serait elle en train de se réveiller ? On connaît un petit homme (lui se croit très grand), qui doit s’arracher les cheveux sous le regard vaguement bovin de Carla Bruni. Alors, pour nous rassurer et pour se donner de l’importance, il s’agite, nous fait croire qu’il se bouge pour nous aider. Il croit tout faire, tout régler, tout superviser, mais il brasse du vent. Comment combler cette innocuité patente, cette incapacité à régler les problèmes ? Il court, il multiplie les réformes, pour se donner de la contenance, il se donne une aura internationale pour se faire mousser. Pour oublier son impuissance, il augmente son autorité, il méprise les syndicats, musèle l’opposition, supprime les juges d’instruction, impose ses choix à ses ministres, attaque en justice ceux qui l’insultent et rêve de supprimer le droit de grève. Enfin, au lieu de répondre aux critiques, il tacle ses prédécesseurs. Son action passée au mixeur de la communication présidentielle, que reste-t-il ? Une trêve temporaire à Gaza, un gros cadeau aux banquiers, sans contrepartie, un plan banlieue efficace comme un pet champêtre, et un pouvoir d’achat qui augmente autant que la sociabilité de Samy Nacéri. On ne sait pas trop où il veut en venir, en fait on s’en doute un peu ; mais pour l’instant on attend une amélioration comme Martine Aubry attend une idée.

L’opposition, tiens, parlons-en. Elle fait quoi ? Elle chante la Marseillaise à l’assemblée et va manifester cinq minutes jeudi 29. Ah oui, ça c’est efficace. Martine à la tête du PS ça déconne pas, ça rentre dans le lard, ça propose des lois, des plans de relance et surtout, ça s’insurge devant la misère grandissante ; mais sans le dire, on ne sait jamais, on pourrait avoir l’air de gauche. La seule qui tire la couverture chez les Roses, c’est évidemment Ségolène. Elle a peut-être l’air un peu con, quand elle dit en rigolant qu’Obama lui a tout piqué, mais en attendant, elle y était. Elle gueule, elle s’insurge contre le plan de relance, les licenciements et le monopole du pouvoir présidentiel, elle va au Brésil pour le forum altermondialiste international … N’importe quoi ! Besancenot et Royal devraient prendre exemple sur les députés socialistes, qui savent vraiment s’opposer à Sarkozy.

Donc, amis lecteurs, O’zons tout de même vous présenter nos meilleurs vœux pour cette année 2009, en espérant qu’elle ne finira pas en bain de sang. Bienvenue en monocratie et n’oublions pas d’en rire.

jeudi 29 janvier 2009