O'zons

SERJ TANKIAN/MARK KNOPFLER/TRYO/ ENSIFERUM



SERJ TANKIAN : Harakiri


 >Rock Alternatif

Déjà le troisième effort solo du chanteur des héros du Métal Alternatif, System Of A Down. Harakiri, à l’écoute des deux premiers morceaux, sérieusement foutraques et indigestes, pourrait passer pour un suicide commercial effectif. Mais déjà avec Ching Chime, suite d’allitérations rappées sur fond de rock oriental, Tankian laisse entrevoir l’ampleur de sa recherche musicale. Comme sur ses deux précédents opus, l’américano-arménien va nous balader, guidé par son talent hors-pair de songwriter et sa voix profonde, à travers un voyage musical éclectique, de chansons rock, aux ambiances punk, oriental, électro, et bien sûr un petit peu de heavy metal, toujours avec sa prose ironique et engagée. Bien que tous les titres n’atteignent pas la beauté du morceau titre, l’ensemble est vraiment efficace et offre de nombreuses mélodies accrocheuses aux riffs implacables.

MARK KNOPFLER : Privateering


 >Country/ blues

L’ancien chanteur et guitariste hors pair de Dire Straits, sort son nouvel album solo, continuant sa reconversion dans la country atmosphérique. Dans la veine de Shangri-la, Knopfler semble vraiment avoir oublié ses années rock, et il faut bien reconnaître qu’on se demande si on va rester réveillé avant les solos stratosphériques dont il a le secret et qui n’arrivent malheureusement jamais. On a bien quelques petites harmonies, mais qui ressemblent plus à un grattage de guitare au coin de la cheminée de la maison de retraite. À tel point qu’on se demande, à part sur un ou deux titres, si c’est bien le même mec qui jouait dans Dire Straits et pas Willie Nelson ou les Platters, voire sur certains titres, Frodon et les Hobbits, live bootleg de la Comté. Plus sérieusement, malgré cette ambiance très 50’s un peu ronronnante, il faut bien reconnaître qu’une beauté envoûtante se dégage, comme toujours, des arpèges de Knopfler et de sa voix grave et profonde et que quelques belles chansons en découlent.

TRYO : Ladilafé


 >Variété française

Après de très longues vacances, Tryo nous revient avec un album dont le titre nous laisse présager le pire, de la variété aux paroles légères et sans sens réels. Après écoute attentive, on est à demi rassurés, leur style moqueur et altermondialiste est toujours là, et quelques trouvailles textuelles sont réjouissantes. C’est au niveau musical que l’inspiration fait défaut. En plus d’avoir des réserves certaines sur la mutation de reggae à variété, la ressemblance des mélodies rajoute à la lassitude. Malgré de jolis arpèges, c’est toujours un peu le même air et on fait vite le tour. Enfin gros carton rouge sur le titre Du cinéma, ritournelle de name dropping d’actrices, Vincent Delerm, sors de ce corps ! Malgré ces quelques écueils, l’album reste agréable et de qualité honnête, quand on compare au reste de la chanson française.

ENSIFERUM : Unsung heroes


 >Folk metal

Ensiferum, c’est un groupe finlandais qui existe depuis 1995 et qui fait du folk metal, du quoi ? c’est un peu comme du heavy metal mais avec des éléments de musique traditionnelle, dans le cas d’Ensiferum, pour simplifier, ce serait du Metallica, croisé avec des bourrées celtiques et une voix de fauve blessé, qui chanterait sur les vikings. En réalité, c’est beaucoup plus que cela, et en particulier sur cet album : au milieu du métal épique, se fondent des voix gutturales et claires, graves et aigües et des atmosphères penchant vers l’opéra et la musique baroque, prouvant là encore, la virtuosité d’un genre musical qualifié de bruit. Unsung Heroes enchaîne les hymnes heavy, dopés aux riffs destructeurs, aux solos ravageurs, portants des mélodies toujours efficaces. En bonus, une version death metal de Bamboleo des Gypsy Kings, histoire de finir en souriant. Encore.

samedi 1er septembre 2012